25.6.10

La chimie, la chimie...

Je me suis demandée aujourd'hui dans le bus si je devais offrir ma place assise à un vieux qui n'était pas tout à fait vieux.
A quel moment est-ce que ça devient vexant?
Où est la limite?
Il est claire que cette limite est bien plus importante et subtile du côté féminin, mais comment la maîtriser?

Peut-être que je devrais tout simplement céder ma place à toute personne plus vieille que moi mais j'avais tellement mal au pieds...!

23.6.10

Elle m'a toujours fait penser à Noémie.
Aujourd'hui je sais pourquoi...

15.6.10

13.6.10

TOut a commencé par ces maux de têtes.
Ils arrivaient brusquement comme des couteaux pointus ou des klaxons de camions.

Mon cerveau avait faim.

Et puis, comme un estomac, il s'est mis à rétrécir.
Ma soeur m'avait appris ça lors de nos années complexées: "plus tu manges,
plus il grandira, moins tu manges, plus il rétrécira"
Et puis j'ai cru tout un tas de choses.

Elles avaient promis de disparaitre ces frontières.
Je pensais qu'elles s'en allaient, mais, ce n'était pas vrai.
Des murs se sont construits par milliards, des fossés, des barrières, des lignes, des bords, des limites, des contours, des divisions, des parties, des morceaux, des cloisons, se sont formés par milliers.

Tout est donc devenu infiniment plus petit.
On ne pensait pas que ça irait de paire.
Ça a l'air si grand mais ce n'est qu'un gigantesque ensemble de choses infiniment petites qui par le mélange, se réduisent encore.
Une matière soluble, extrêmement diluée.

Je préférais l'eau et le grain de café.